Espace adhérent

J'ai oublié mon mot de passe


Les secrets de la réussite au pays des Kiwis, par un ancien élève installé à Auckland depuis 2007


Cet article a été proposé par Sébastien PHAM le 07-05-2015

France-Nouvelle-Zélande : Essai gagnant !

De la Nouvelle-Zélande, les Français connaissent surtout le Haka des All blacks. Le pays dispose pourtant de nombreux autres atouts qui n’en imposent pas moins et qui sont susceptibles de séduire les investisseurs européens. Sébastien Pham, un ancien élève de Math Sup 6 et Math Spé M'2 installé à Auckland depuis 2007, consultant en immigration et à la tête de NZ Project, nous livre les secrets de la réussite au pays des Kiwis.

Combien de Français vivent actuellement en Nouvelle-Zélande ?

L’Ambassade de France évalue le nombre de Français ayant un visa à environ 10 000 personnes, de profils très variés, dont une grande majorité vit à Auckland. Les Néo-Zélandais apprécient beaucoup la culture française. Le français est d’ailleurs la langue étrangère la plus enseignée ici.

Les opportunités pour les Français sont-elles nombreuses en NZ ?
Le taux de chômage est bas et la pénurie de compétences offre une multitude d’opportunités professionnelles. Les professions recherchées facilitent l’obtention d’un visa. Parmi elles, on peut citer l’informatique et les nouvelles technologies, le BTP, l’ingénierie, et les professions médicales qui nécessitent toutefois de passer des équivalences locales. Il est aussi possible de créer une entreprise à haut potentiel ou d’investir (au minimum NZ$1.5m) dans l’économie néo-zélandaise pour obtenir un visa.

Quels arguments la NZ a-t-elle à faire valoir ?
Les Néo-Zélandais idéalisent l’Europe et sa culture mais ne réalisent pas qu’ils bénéficient d’une qualité de vie bien supérieure à la majorité des pays européens. L’économie y est stable et dynamique. La règlementation transparente et la fiscalité attractive pour les investisseurs. Le niveau d’insécurité y est bas. Ceux de la protection sociale et de l’éducation y sont élevés. Enfin, la nature est splendide. Auckland s’affichait en 2014 comme la 3ème ville offrant la meilleure qualité de vie au monde (classement Mercer).

Quelles sont les difficultés auxquelles se heurtent les Français en NZ ?
L’obtention d’un visa de résidence ou de travail est le premier challenge. Les moins de 30 ans peuvent aisément obtenir un visa « working holiday» d’un an. Pour les autres, beaucoup s’interrogent sur le prix d’un visa alors que la vraie question est « Suis-je éligible ?». Les règles d’immigration en NZ sont principalement conçues pour répondre aux besoins de l’économie. Le choix du visa ainsi que l'interprétation de la règlementation sont complexes. Beaucoup se découragent et certaines candidatures n'aboutissent pas faute d'avoir pu bénéficier du bon conseil au bon moment.

Quels services proposez-vous ?
Les francophones souhaitant vivre en NZ ont besoin de conseils de qualité en français. NZ Project est un cabinet de conseil en immigration accrédité par le gouvernement néo-zélandais. NZ Project évalue les chances de réussite et accompagne ses clients dans toutes les étapes de leur projet d'immigration. Nous les aidons à identifier et obtenir le visa nécessaire, qu'il s'agisse de vivre, travailler, étudier, créer une entreprise, investir ou passer leur retraite en NZ. Nos clients bénéficient de notre expérience de la NZ et de notre connaissance approfondie de la réglementation pour concrétiser leur projet. J’ai également développé un réseau de partenaires francophones en NZ dans des domaines tels que le conseil en investissement immobilier ou financier, la traduction de documents, la fiscalité, etc

Qui sont vos clients ?
Des francophones qui habitent en France, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie Française mais aussi au Luxembourg, en Belgique et en Suisse. Ils ont entre 31 et 65 ans et se repartissent en deux grandes catégories : les immigrants qualifiés d’une part, les investisseurs et entrepreneurs d’autre part. Aider ces gens à changer de vie est à la fois satisfaisant et enrichissant.

 

Sebastien Pham - avril 2015
sebastien.pham@nz-project.com




Revenir à la liste des articles