Espace adhérent

J'ai oublié mon mot de passe


Les activités



La rubrique Stages et emploi, en page d'accueil de notre site, vous donne accès chaque jour à près de 100 nouvelles annonces de stages, d’emplois (CDD ou CDI) émanant de grandes entreprises françaises et internationales, avec contacts directs des recruteurs.
C'est aussi, pour les lycéens, autant d'idées de métiers à interroger, de formations à suivre pour acquérir des compétences concrètes, utiles, demandées, et travailler votre "savoir être".

Jeudi 22 juin, à 18h, Patrick Sorin, proviseur de la cité scolaire Janson de Sailly et Christophe Stalla-Bourdillon, président de l’AEJS, installaient avec Claude Bataille le fanion du 2e Choc à l'entrée de la galerie du 106.
Une place d'honneur pour que chacun se souvienne et puisse s'approprier le message de ceux qui se sont battus pour des idées fortes et pour notre liberté.

Après avoir signé plusieurs biographies consacrées à Yves Saint-Laurent, Marie-Laure de Noailles, après avoir fait parler de leur plus bel âge de grands octogénaires affranchis, consacré un livre à la maison Lancel, Laurence Benaïm a voulu, très naturellement, remettre dans les projecteurs et rendre hommage à son tour à Jean-Michel Frank, grand décorateur et créateur des années folles, injustement oublié.

Vendredi 31 mars 2017, 4h30 du matin. La fine fleur de l’AEJS et l’état-major de la cité scolaire Janson de Sailly retrouvent au pied de la tour de Rungis, mauve dans la nuit noire, Francis Lefèvre, secrétaire général de la Semmaris, membre du conseil d’administration de l’AEJS, pour une visite VIP qui, en près de quatre heures, leur permettra de découvrir les entrailles du plus grand marché de produits frais au monde.


Robert Merle


Robert Merle m’avait confié avoir bien connu Janson-de-Sailly. Certains anciens du lycée se souviendront peut être de l’avoir eu pour « pion » du temps de ses études à Paris. J’ai eu connaissance de cette anecdote lorsque je l’avais interviewé en 1976 après la parution de Madrapour. Son œuvre reste, pour le bonheur de ceux qui ont aimé ses récits et ceux qui les découvriront.

Né en 1908 à Tabessa en Algérie, Robert Merle s’est éteint à l’âge de 95 ans, à son domicile de La Malmaison, près de Montfort-l’Amaury (Yvelines).

L’œuvre de Robert Merle est à l’image de l’individu, éclectique. On se délecte de ses récits où règnent la gourmandise, la passion, l’action, le drame et surtout l’espoir. 

Depuis son premier roman Week-end à Zuidcoote, récompensé en 1949 par le prix Goncourt, Robert Merle n’a eu de cesse d’emmener ses lecteurs dans des univers où l’Homme se révèle dans ce qu’il a de pire et de meilleur : camps de concentration, guerre, communication entre l’homme et l’animal, science-fiction, vie quotidienne des Français sous Henri IV…

Plusieurs de ses livres ont été portés à l’écran : Week-end à Zuidcoote, Un animal doué de raison ou Malevil entre autres.

Robert Merle m’avait confié avoir bien connu Janson-de-Sailly. Certain anciens du lycée se souviendront peut être de l’avoir eu pour « pion » du temps de ses études à Paris. J’ai eu connaissance de cette anecdote lorsque je l’avais interviewé en 1976 après la parution de Madrapour.

Son œuvre reste, pour le bonheur de ceux qui ont aimé ses récits et ceux qui les découvriront.

Jérôme Marchand 

(à Janson de 1978 à 1982)

 

 

Bibliographie

 

Romans 
 

Week-end à Zuydcoote (prix Goncourt, 1949) 

 

La Mort est mon métier (1952) 

 

L’Ile (Gallimard, 1962) 

 

Un animal doué de raison (1967) 

 

Derrière la vitre (Gallimard, 1970) 

 

Malevil (Gallimard, 1972) 

 

Les Hommes protégés (Gallimard, 1974) 

 

Madrapour (Seuil, 1976) 

 

Le Jour ne se lève pas pour nous (Plon, 1986) 

 

L’Idole (Plon, 1988) 


Le Propre de l’homme (de Fallois, 1989) 

 

Saga historique Fortune de France. Les six premiers tomes ont paru chez Plon, les suivants aux éditions de Fallois : 1 - Fortune de France (1977) ; 2 - En nos vertes années (1979) ; 3 - Paris ma bonne ville (1980) ; 4 - Le Prince que voilà (1982) ; 5 - La Violente amour (1983) ; 6 - La Pique du jour (1985) ; 7 - La Volte des Vertugadins (1991) ; 8 - L’Enfant-roi (1993) ; 9 - Les Roses de la vie (1995) ; 10 - Le Lys et la pourpre (1997) ; 11 - La gloire et les périls (1998) ; 12 - Complots et cabales (2001) ; 13 - Le glaive et les amours (2003)

 

Récits-reportages et biographies
 

Moncada, premier combat de Fidel Castro ; Ahmed Ben Bella (1965) 

Oscar Wilde (1995)

 

Théâtre 


Flamineo, suivi d’autres pièces (1950) 

Théâtre, tomes I et II (1957), tome III (1992)


 
 



Revenir à l'accueil - Revenir à la liste des actualités